Çaassure » Assurance de prêt » Quelle quotité pour l’assurance emprunteur

Comment choisir la quotité d'une assurance de prêt ?

Bien que la loi ne rende pas obligatoire la souscription d’une assurance emprunteur en cas de prêt immobilier, la banque ne concède jamais sur ce point essentiel. Par conséquent, tous les emprunteurs sont concernés par ce contrat, peu importe qu’ils choisissent d’y souscrire au sein de leur établissement prêteur ou en délégation d’assurance.

Indispensable lors du décès de l’un des emprunteurs, voire même en cas d’invalidité ou d’arrêt de travail, l’assurance du crédit immobilier garantit le bon remboursement des mensualités à la banque.

Dans cette optique, les emprunteurs d’un même prêt doivent choisir la quotité de leur assurance, pour répartir la couverture du crédit sur chacun d’entre eux. Si le choix est vite fait dans le cas d’un seul et unique emprunteur, la question devient plus complexe lorsque les bénéficiaires de l’emprunt sont plusieurs.

Pour vous permettre de mieux comprendre ce qu’est la quotité de l’assurance emprunteur, et ce qu’elle implique pour la durée du crédit immobilier, Çaassure vous expose les détails de cet aspect incontournable du contrat.

Qu’est-ce que la quotité d’assurance ?

Qu’est-ce que la quotité d’assurance ?

La quotité de l’assurance emprunteur désigne la répartition de la couverture choisie par les bénéficiaires d’un prêt immobilier. En d’autres termes, chaque emprunteur correspond à une part du capital emprunté, et l’assurance doit couvrir celle-ci pour tous les risques susceptibles de se réaliser. Par conséquent, choisir la quotité peut avoir des conséquences importantes pour les emprunteurs concernés.

La quotité d’assurance et son intérêt

Il s’agit souvent d’une étape difficile du crédit immobilier, puisque dans certains cas, la quotité de l’assurance emprunteur n’est pas une évidence. Si un couple bénéficiaire d’un prêt choisit le plus souvent une quotité de 50 % sur chaque tête, une multitude de raisons peuvent empêcher ce choix. De manière générale, il est primordial que la couverture soit optimale pour l’ensemble des co-emprunteurs, sous peine de prendre des risques importants en cas de décès ou d’invalidité de l’un d’entre d’eux.

En effet, la quotité de l’assurance emprunteur peut aussi reposer sur la capacité de chacun à rembourser l’emprunt, ou même sur les risques médicaux possibles. Autant de critères qui peuvent désarçonner lors de la souscription, alors même qu’il s’agit d’un critère indispensable pour couvrir les risques susceptibles d’empêcher le remboursement du crédit.

Le calcul de la quotité d’assurance emprunteur

Le calcul de la quotité d’assurance emprunteur

Il est difficile de procéder au calcul de la quotité d’assurance emprunteur, puisque celui-ci dépend de chaque situation.

Comme nous l’avons vu plus haut, il est courant pour un couple de choisir une répartition de 50 % – 50 %.

Malheureusement, certains aspects financiers peuvent être un frein à cette configuration. Ainsi, le calcul de la quotité peut avoir à s’adapter aux charges du couple, ainsi qu’à leurs revenus, surtout si ces derniers sont sensiblement inégaux entre les deux co-emprunteurs.

Dans tous les cas, la somme des quotités doit automatiquement être au moins égale à 100 % pour que la banque donne son accord.

Comment choisir sa répartition ?

Vous l’aurez compris, il peut être préférable d’assurer une meilleure couverture à l’emprunteur ayant le plus de revenus. Cela permet non seulement de garantir le remboursement du crédit immobilier en cas de problèmes, mais aussi de protéger le co-emprunteur aux plus faibles revenus.

À noter tout de même qu’il ne faut pas omettre l’état de santé des bénéficiaires du prêt, puisqu’il vaut mieux bien assurer celui des deux qui présente le plus de risques.

Traditionnellement, un couple choisi parmi 3 répartitions de quotités d’assurance, à savoir :

  • 0 % pour l’un des emprunteurs et 100 % pour l’autre ;
  • 50 % pour les 2 emprunteurs ;
  • 100 % pour les 2 emprunteurs.

Quotité 0 ou 100 : couverture déséquilibrée

Dans le cas d’une quotité 0 ou 100, la couverture est déséquilibrée, puisque l’un des co-emprunteurs ne bénéficie d’aucune garantie en cas d’invalidité ou de décès. Seul le bénéficiaire ayant une quotité de 100 % se retrouve donc couvert par l’assurance emprunteur.

Dans ce cas de figure, lorsque l’emprunteur ayant une quotité de 0 % vient à décéder, son co-emprunteur doit assumer seul le reste du remboursement. À l’inverse, si c’est celui avec une quotité de 100 % qui disparaît, l’assurance prend en charge les mensualités restantes du crédit immobilier.

Quotité 50 ou 100 : couverture équilibrée

La quotité 50 ou 100 est une couverture équilibrée et peut être viable en cas de revenus ou de risques médicaux similaires. Ici, chaque emprunteur est couvert à la même hauteur, ce qui implique que le décès ou l’invalidité de l’un des deux entraîne une prise en charge de l’assurance pour la moitié du crédit immobilier.

À titre d’exemple, pour un prêt de 100 000 euros, l’assureur prend en charge la moitié de ce montant, à savoir 50 000 euros, si l’un des 2 co-emprunteurs décède ou souffre d’une invalidité.

Quotité 100 ou 200 : couverture complète

La quotité 100 ou 200 est sans aucun doute la meilleure alternative, puisqu’il s’agit de la couverture la plus complète. Dans ce cas de figure, chaque emprunteur est assuré à 100 % et protège intégralement l’autre en cas d’invalidité ou de décès.

Peut-on modifier la quotité de son assurance emprunteur ?

Modifier la quotité de votre assurance emprunteur est possible pendant toute la durée du prêt immobilier, cependant, l’augmentation de celle-ci est bien plus facile que sa diminution.

Pour augmenter la quotité de l’assurance de crédit, sur l’un des deux co-emprunteurs par exemple, il suffit juste de contacter l’assureur et de procéder au changement. Étant donné que cela implique une meilleure couverture, la banque n’a évidemment aucun intérêt à s’y opposer.

À l’inverse, diminuer la quotité d’un co-emprunteur peut s’avérer bien plus compliqué, dans la mesure où la couverture en est alors réduite. Mieux vaut donc procéder à une inversion de la répartition, en passant par exemple de 60 % – 40 % en lieu et place de 40 % – 60 %.

Toutefois, si cette solution ne convient pas, il est aussi possible de procéder au changement de l’assureur, en veillant à conserver les mêmes garanties que le contrat en cours. Pour cela, il ne faut pas hésiter à faire appel à un courtier en assurance emprunteur, car celui-ci est l’interlocuteur idéal pour conseiller et prendre en compte au mieux les intérêts des différents emprunteurs.

Vous avez un projet ?

Joindre un expert en assurance de prêt Çaassure :
04 84 890 444

Découvrez le tout nouveau simulateur de devis assurance de prêt çaassure